Une délégation rencontre le Président de l’UL

 In Non classé

Une délégation syndicale – CGT FO FSU SUD – a pu rencontrer Pierre Mutzenhardt, sur invitation de ce dernier. L’occasion d’aborder les sujets de la loi ORE et des blocages à l’UL.

Mardi dernier, à l’AG du personnel, un vote a eu lieu pour envoyer une délégation intersyndicale des personnels du supérieur pour une rencontre avec le Président du l’Université. Un vote qui a été adopté, la rencontre a donc pu se dérouler ce mercredi.

> Blocage Saulcy | Blocage total ou barrage filtrant ?

C’est ainsi que la délégation représentant le personnel est d’abord revenue sur ses revendications : retrait de la loi ORE, OUI pour toutes et tous à l’UL sans mise en attente. « Nous demandons au président d’écouter la contestation qui prend de l’ampleur à l’UL comme partout dans le pays. »

« Un positionnement incohérent »

Le sujet de loi ORE et du dispositif Parcoursup est le premier à être traité. Après discussion, la délégation a pu connaître les chiffres des futurs bacheliers et des dossiers déposés. Les conclusions ressortis affirment que seul les filières STAPS et peut-être DEG et PACES seraient « en tension ».

Malgré cette annonce, les syndicats enseignants ne sont pas totalement satisfaits. Même si le président « aborde une politique d’accueil qui se veut rassurante et ouverte« , pour eux, il tient « un positionnement incohérent« . En effet, d’après Pierre Mutzenhardt, tous les bacheliers lorrains seront acceptés à l’Université de Lorraine. Pourtant la délégation souligne le fait qu’ils n’auront pas immédiatement un OUI, « dans la majorité des licences« . Un point désaccord entre les deux partis qui a été généralisé à l’appréciation générale de la loi ORE et Parcoursup.

De la fermeté sur les blocages

Après la loi ORE, c’est sur les blocages, un point plus local, que la délégation défend ses intérêts. Sur ce sujet, les enseignants ont prévenu le Président de l’UL de leurs intentions. Ainsi, ils annoncent leur poursuite du mouvement tant que rien n’aura bougé au niveau national. Ils déclarent aussi que s’il devait avoir une intervention policière pour débloquer les campus bloqués, « [les] organisations appelleront les personnels à la grève« . Enfin, suite à la demande du personnel lors de l’AG de mardi, la délégation a demandé la réouverture des services annexes sur le campus, ainsi que le WIFI. A cette proposition, Pierre Mutzenhardt aurait refusé en justifiant le fait que ce serait aux bloqueurs de réouvrir le campus.

> Blocage Saulcy | Les étudiants votent « Oui » à la consultation

Aussi, du côté de l’Université, le Président a insisté sur 2 points. Il ne laissera aucune violence ou effraction sous silence. Sur ce point, M. Mutzenhardt a également listé des problèmes comme des dégradations, des occupations après fermeture, la présence de personnes extérieurs, … Sur ces aspects, le dirigeant a annoncé que des dépôts de plaintes seraient réalisés. Mais il se félicite aussi de l’absence de violence malgré les situations tendues entre bloqueurs et anti-bloqueurs.

Le deuxième point aborde les examens. Pierre Mutzenhardt s’engage à tenir le calendrier initial des partiels et emploiera les moyens nécessaires à ce que ce soit le cas. Il conclut en indiquant que sa responsabilité était engagée en cas d’accident.

Un premier dialogue établit qui pourrait en mener d’autres, peut-être avec les étudiants. De son côté, le personnel déclare avoir été prévenu par voie de presse de la mise en place d’un vote électronique, annoncé après la réunion.

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search