« Deux moi » : retour sur l’avant-première et rencontre avec Cédric Klapisch & Santiago Amigorena

 In Non classé

Le 27 août 2019 sortait en avant-première à l’UGC Ciné Cité Ludres Deux moi, le nouveau long-métrage de Cédric Klapisch mettant en scène François Civil et Ana Girardot. Pour cette occasion, le réalisateur ainsi que le co-scénariste Santiago Amigorena étaient présents à Nancy.

Deux années après Ce qui nous lie, Klapisch nous dresse le portrait de Mélanie et Rémy, deux trentenaires parisiens qui ne se connaissent absolument pas, mais que la vie semble vouloir rapprocher sans qu’ils ne s’en rendent compte.

Pendant tout le film, on n’attend qu’un seul moment : le moment où ces deux personnalités vont se rencontrer, par X ou Y biais. Beaucoup d’événements vont tendre à les rapprocher, leurs vies semblent en miroir tellement elles se ressemblent, effet miroir également représenté dans l’image. Les protagonistes vont subir la même évolution simultanément durant les 1h50 du film. Tous deux vont apprendre des choses sur eux-mêmes, et parfois – notamment aux séances de psychothérapie – le film prend une dimension cathartique vis-à-vis du spectateur. On peut tout aussi bien s’identifier à Rémy, solitaire perdu dans sa vie et sujet à un épisode dépressif qu’il nie, qu’à Mélanie, qui n’arrive pas à se remettre de sa rupture ayant eu lieu un an plus tôt et cherche dans les applications de rencontre ce qu’elle ne trouve pas.

Les applications de rencontre font l’objet d’une critique dans le film, avec notamment l’ignorance du monde réel autour de Mélanie qui garde les yeux rivés sur son écran, et qui lui fait rater des détails qui pourraient obtenir une grande importance. Tout le paradoxe de ces application est là : une solitude qui ressort là où on est censé rencontrer des gens. La solitude est par ailleurs l’un des nombreux thèmes du film, où chacun essaie de s’en sortir par des différents biais : Rémy par les rencontres réelles et Mélanie par les rencontres virtuelles.

Le film se distingue de la plupart des comédies amoureuses car ici n’est pas traité l’amour naissant mais l’amour avant qu’il naisse, le moment où nous ignorons totalement ce qu’il va se produire quelques instants plus tôt, où nous n’avons aucune idée de la personne qui va venir s’installer dans notre vie. C’est par ailleurs le but du film, selon le réalisateur.

Un film proche de la réalité

Lors du Festival du film francophone d’Angoulême, Deux Moi a eu un succès considérable, raconte le réalisateur. Lui-même ne s’attendait pas à tant.

Pour Klapisch, ce film est un retour dans sa ville, à Paris, après des années à tourner dans le reste de la France. On voit dans ce long-métrage Paris aujourd’hui, et même plus largement, on y voit un reflet de la société française actuelle, en 2019, société qui a beaucoup évolué en l’espace de quelques décennies.

Le film dépeint des problématiques réelles, problématiques réellement entendues dans des cabinets de psys.

Par ailleurs, ce film a aussi pour volonté de briser le tabou autour de la visite chez un psy.

[SPOILERS] Klapisch explique la fin du film, et le pourquoi des choix qui ont été effectués pour arriver à cette fin.

Deux Moi, avec François Civil, Ana Girardot, Camille Cottin et François Berléand, réalisé par Cédric Klapisch, sortie nationale le 11 septembre 2019.

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search