Avant première du film « Lola et ses Frères » et interview du réalisateur : une histoire de famille

 In Cinéma / Séries

De passage dans notre ville de Nancy, le réalisateur Jean-Paul Rouve est venu présenter son dernier film « Lola et ses Frères » en compagnie de José Garcia. L’équipe de Box’o Film a pu les suivre dans les locaux de France Bleu Lorraine avec le soutien de l’UGC Ciné Cité Ludres afin de leur poser quelques questions.

 

Jean Paul Rouve nous livre ici son quatrième film après Les Souvenirs (2015), il y signe également la coécriture du scénario avec l’écrivain David Foenkinos, il ne s’agit pas d’une histoire tirée d’un roman comme son précédant film mais bien d’un scénario original. Pour autant les thèmes abordés parlent à tout le monde : la famille, la transmission entre les générations, ou bien la pudeur.

Et quelle pudeur ! En effet les trois personnages principaux : Benoit (Jean-Paul Rouve) est opticien, il se marie pour la troisième fois et n’est pas prêt à avoir un enfant, Pierre (José Garcia) est un homme divorcé élevant son fils unique, perdant son métier à cause d’une erreur professionnelle et enfin la rayonnante Lola (Ludivine Sagnier) est avocate spécialisée dans les divorces tombant amoureuse de son dernier client mais voit pour autant les années s’écouler et son souhait de fonder une famille s’éloigner. Ce trio a beaucoup de mal à s’ouvrir les uns aux autres, l’un des seuls moyens étant de parler à la tombe de leurs parents en présence des autres, ou bien en face d’un miroir, le but étant de ne pas voir les yeux, et donc les émotions des autres.

 

Foule sentimentale

Et c’est bien là qu’on ressent ce que l’on peut commencer à appeler la patte Rouve, un mélange de sentiment, pas larmoyant, pas euphorisant mais juste. Une volonté de s’inscrire dans le réel, ce qui est même ressenti dans le choix de la ville de départ adaptée à ses personnages.

 

 

De même pour la bande son du film qui n’est pas présente seulement pour habiller mais va permettre d’exacerber les émotions retransmises à l’écran.

 

 

Le but ainsi est d’être dans le vrai, certes l’intrigue n’est pas très poussée, et les différents propos du récit comme le chômage, les enfants, la naissance sont des sujets qui ont déjà été utilisé un nombre incalculable de fois, mais cela est, pour ma part, pardonné par la simplicité émanant de l’histoire permettant aux personnes de la salle de s’identifier soi-même ou bien une personne de notre entourage

 

Des acteurs aux diapasons

Cette émotion est servie par une foule d’acteurs jouant dans des registres auxquels ils ne nous ont pas habitué. Ludivine Sagnier est rayonnante dans son rôle de matriarche tiraillée par la vie, José Garcia dénote particulièrement prouvant ses capacités à la fois à nous faire rire mais aussi à nous faire pleurer. Seul Jean-Paul Rouve bien que juste n’est pas au même niveau, peut-être car son personnage est le moins travaillé des trois, cependant il est bon à savoir qu’au départ Rouve ne devait pas jouer dans son propre film mais l’acteur qui devait incarner le rôle de Benoit a dû se désister à la dernière minute à cause d’emploi du temps compliqué.

La palme revient tout de même à Ramzy Bedia jouant le rôle de l’amoureux de Lola qui interprète peut-être dans le film la seule personne stable, centrée et n’ayant aucune honte à afficher normalement ses sentiments. Il pourrait représenter un rôle de philosophe ayant un peu mieux compris la vie que le trio principal du film. Il est aidé dans ce rôle par une autre personne, joué par un homme âgé se trouvant à chaque fois, lors de la réunion mensuelle sur la tombe des parents, dans le cimetière. Cet homme a perdu sa femme et vient se recueillir régulièrement et essaye de leur faire comprendre la chance qu’ils ont de s’avoir et d’ainsi profiter du moment présent.

 

Un Rappel

Voilà ainsi peut-être la patte de Jean Paul Rouve. Un cinéma pointu où chaque détail peut avoir son importance, rempli d’émotions laissant un petit aspect « feel good » mais néanmoins mélancolique. Ce film permet également de s’apercevoir que la capacité de réalisation de Rouve se bonifie avec le temps et laisse donc apercevoir dans un futur peut-être pas si lointain un avenir radieux.

 

En petit bonus, la (fausse) bonne façon pour payer un acteur selon José Garcia (alerte spoiler : il faut une homme avec une mallette remplie d’argent)

 

 

 

 

 

 

 

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search