Nancyphonies, où musique et classique ne font qu’un.

 In Divertissements, Reportages, Sorties culturelles

Le festival Nancyphonies est de retour pour cet été 2021 ! Du 7 au 30 juillet, la ville de Nancy va accueillir 23 concerts classiques dont 9 gratuits dans plusieurs lieux culturels : la Salle Poirel, l’Auditorium du Conservatoire, le centre socio-culturel à Seichamps, la Salle des fêtes à Vandœuvre-lès-Nancy, l’Église Saint-Fiacre à Villers-lès-Nancy et pour finir le kiosque de la Pépinière. 23 concerts autour de la musique classique avec des artistes venus du monde entier. Lise de la Salle au piano ou, au même instrument, la prodige Arielle Beck. Le piano sera beaucoup représenté durant ce long festival mais il ne sera pas le seul instrument que le public pourra écouter ! Violon, clarinette et d’autres instruments, parfois joués ensemble viendront embellir vos journées et vos soirées. Afin de comprendre au mieux ce festival des Nancyphonies, Radio Campus Lorraine est parti interviewer son directeur, le pianiste Hugues Leclère.

C’est à travers ses mots et ses explications que vous allez en apprendre plus sur ce festival. Et tout commence par une introduction, une explication globale de ce que le public va pouvoir découvrir tout au long du mois de juillet.

Hugues Leclère, directeur du festival Nancyphonies, en dévoile un peu plus sur la programmation mais aussi la manière de contacter et d’amener ces artistes internationaux à Nancy. Avant tout, il répond à la question suivante, y a t-il un fil rouge qui tisse une toile autour de tout ces concerts ?

Le festival des Nancyphonies a lui aussi subi les conséquences de la crise sanitaire, comme beaucoup d’autres, RCL a voulu savoir, en posant la question au directeur, si l’organisation avait été compliquée et si elle l’était encore avec la mise en place des mesures sanitaires :

Il est maintenant l’heure du point pratique avec Hugues Leclère ! Il dévoile aussi les différentes offres proposées par les Nancyphonies

Retour sur le côté artistique maintenant ! À l’affiche du festival, la jeune violoniste Ayana Kamizono, le directeur des Nancyphonies nous en dit plus sur ce point.

Après cette période difficile pour le monde culturel, un retour à la vie presque normale pourrait potentiellement faire peur, donner de l’appréhension, mais quel est l’état d’esprit du pianiste et directeur Hugues Leclère ?

Il est à présent temps de conclure, et qui de mieux pour le faire que le directeur du festival des Nancyphonies avec un beau message d’amour pour la musique !

Rendez-vous du 7 au 30 juillet dans tous les lieux culturels partenaires du festival des Nancyphonies pour écouter d’immenses artistes internationaux et consolider son ouverture sur le monde et sa richesse culturelle !

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search