Le béhourd : du fer et de la sueur !

 In Non classé

Oyé Oyé ! On stoppe tout ! Ami.e.s amateur.s de médiéval, la semaine dernière, nous apprenions ce qu’est le béhourd, ce sport de combat médiéval, au cours d’une interview somme toute traditionnelle avec l’association Lotharii Regnum. Mais mon innocente curiosité s’éveillant, je décidai de me rendre à un des entraînements de cette bande de joyeux lurons. Et autant vous dire que le spectacle en valait le détour.

De la sueur, de la mousse et du fer !

Je commence par retrouver David Schaack, secrétaire de l’association, entrain de s’équiper d’une luisante armure.

 

Puis j’ai pu vagabonder dans la salle de crossfit d’Hauconcourt pour retrouver de braves garçons entrain de se taper dessus avec des épées et des boucliers en mousse : Rémi, Dorian et Carlo.

 

Je n’avais pas trop à me plaindre de ma condition jusqu’au moment où on me tend une de ces fameuses épées en mousse, on me plaque un casque sur la tête et un bouclier dans la patte gauche. Et me voilà face à Rémi qui m’apprend quelques coups. Je comprend bien vite que la mousse peut devenir rapidement redoutable si on ne fait pas attention à sa garde.

 

 

Un sport tactique et technique

Deux minutes d’un intense combat et me voilà fatigué. Difficile sans conditions physiques de tenir le choc. Non vraiment le béhourd n’est pas un sport barbare. Les techniques sont affûtées comme me le précisent Florian et Ben :

 

Aux armes !

Après ce moment fort épique, les hommes en armure sont fin prêts pour le début du combat. Il n’est pas obligatoire d’en posséder une pour venir s’entraîner car elles peuvent valoir 1 500 à 5 000 euros pour du haut de gamme. Mais lorsque l’on voit l’armure mongole de Christian, on ne peut s’empêcher de s’imaginer à l’intérieur, bien qu’elle pèse 30 kilos et qu’il faut 20 minutes et trois personnes pour l’enfiler.

Le coup de sifflet retentit. Les combattants se jettent les uns sur les autres, tout en respectant leur rôle de tank ou de runner, afin de faire vaciller et tomber l’adversaire. Le bruit des armes s’entrechoquant est impressionnant dans cette petite salle de sport. Le spectacle est beau.

 

 

Il est alors venu le temps pour moi de m’en aller. Un dernier mot adresser à Lotharii Regnum : nous nous reverrons. Oui nous nous reverrons car ce sport continue à m’intriguer et à m’émerveiller. Si vous aussi, vous qui lisez cet article, vous avez toujours rêver de chevalerie, de combats épiques à la Game of Thrones, de découvrir un sport insolite et que vous n’avez pas peur des bleus, n’hésitez pas à rejoindre l’association Lotharii Regnum. C’est à bras ouverts qu’ils vous accueilleront.

 

Reportage à retrouver dans l’émission UJH Hebdo du 29/05/2019 :

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search