Thionville : une association de parents d’élèves à la rue

 In Non classé

Lundi 21 juin dernier, une bourse aux livres devait se tenir au lycée Hélène Boucher de Thionville. Cette vente de livres est organisée par l’association de parents d’élèves (APELCA) depuis 2004. Cette année, elle n’a pas eu lieu en raison d’un différend opposant l’APELCA à l’établissement.

Le Lycée Hélène Boucher - crédits photo : ac-nancy-metz

Le Lycée Hélène Boucher – crédits photo : ac-nancy-metz

L’APELCA a été créée en 2004 « à la demande de parents qui souhaitaient avoir une autre association de parents d’élèves » selon sa fondatrice, Mme Dengel. Cette association est affiliée à l’UNAAPE, une organisation nationale de parents d’élèves indépendante créée pour répondre à la politisation des autres fédérations de parents d’élèves. Elle organise effectivement des bourses aux livres à prix réduits grâce à des achats groupés. L’APELCA, qui œuvre donc dans ce sens, s’est cette fois vu refuser l’organisation de sa bourse aux livres annuelle au Lycée Hélène Boucher de Thionville.

Toujours selon la fondatrice de l’association, la proviseure du lycée, Véronique Demmer aurait envoyé un mail à l’APELCA indiquant que la présence de Mme Dengel ne serait pas acceptée lors de la bourse aux livres. Or, la vente de livres par l’association ne peut se faire sans sa fondatrice. En échange, le lycée leur aurait proposé d’organiser l’événement dans la rue; impossible de le faire sans porter atteinte à l’ordre public. L’association a donc décidé de passer outre cette interdiction en organisant quand même la bourse aux livres à l’entrée du lycée, sur les marches de l’entrée.

Alors que les membres de l’association se rendaient sur les lieux de la bourse aux livres accompagnés de Mme Dengel, la directrice de l’établissement leur a demandé de quitter le lycée en les menaçant d’appeler la police : « elle nous a demandé d’arrêter notre harcèlement » raconte-t-elle « alors que nous ne harcelions personne. » Contactée par Radio campus Lorraine, Mme Demmer nous explique que l’APELCA a été destinataire d’une convention d’occupation des lieux à titre précaire pour l’organisation de la bourse aux livres. Un document que Mme Dengel n’aurait pas signé :

« Madame DENGEL pour l’APELCA, tout comme l’autre fédération des parents d’élèves de l’établissement la FCPE a été destinataire de la convention d’occupation des lieux à titre précaire pour l’organisation de la bourse aux livres. A ce jour, Madame DENGEL n’a toujours pas signé cette convention, passée en conseil d’administration du lycée Hélène BOUCHER de THIONVILLE qui fixe les modalités d’organisation de la bourse aux livres et qui a fait l’objet d’un acte que je me dois de respecter. Il lui suffit de retourner cette convention signée et d’en respecter les termes. »

Pourtant, Mme Dengel nous explique quant à elle que c’est sa présence qui aurait posé souci à l’établissement depuis le départ. L’autre solution pour l’APELCA serait de louer les locaux de l’établissement. Une opération coûteuse pour une association qui préfère utiliser ses fonds pour mener des actions pédagogiques auprès des élèves et leur proposer des prix préférentiels pour des voyages scolaires.

Yann Voinot

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search