Antoine de Maximy vient(-t-il) dormir chez nous (?)

 In Non classé

… du moins faire une conférence parmis nous, le reporter/animateur TV/fraichement réalisateur est venu nous présenter son premier film, « J’irai mourir dans les carpates »

On entre dans l’amphi Botté de l’IUT Charlemagne, où l’assiduité doit faire pâlir les enseignants de CM, en effet la salle est raisonnablement pleine : on se bouscule un peu à l’entrée pour une photo avec le sympathique globe-trotter, qui se prète au jeu des selfies et des « attends on la refait ». La conférence est très détendue, Antoine nous parle, il met un extrait de l’émission, on en parle avec lui, il reprend son fil de pensée, enchaine sur un autre extrait. Un véritable conteur, comme ces profs d’histoire qu’on aime emmener dans des parenthèses interminables, chaque question ouvre une boîte de pandore d’anecdotes.

Sept ans, c’est ce qu’il lui a fallu pour écrire et préparer son film. Pas étonnant quand on découvre son historique avec les production, à la TV ou au cinéma : lorsqu’il est venu voir les chaînes de télévision au début des années 2000, son concept d’émission sans équipe, avec un seul animateur, sans plan de route, ou il part pour l’étranger avec deux caméras et un sac à dos n’a pas convaincu grand monde. Finalement en 2005, c’est Canal+ qui lance le projet, il part tourner au Mali, réputé pour ses tradition hospitalières. Un hôtel est réservé en cas de pépin, lui il se lance sur les routes et va demander tant bien que mal aux locaux qui voudrait bien l’heberger pour la nuit (il parle évidemment le français, aussi l’anglais et l’espagnol, mais se retrouve souvent a devoir mimer pour se faire comprendre).

Soixante épisodes plus tard, France 5 (qui a repris l’émission en 2006) diffuse toujours les aventures d’Antoine, avec quelques épisodes spécieux au compteur comme J’irai dormir a Hollywood, son premier long métrage documentaire pour le cinéma ou il traverse le pays de Los Angeles a New York en demandant a des célébrités s’ils veulent bien l’heberger, ou encore J’irai dormir a Bollywood, ou il traverse l’Inde de part en part : le pays est si colossal qu’il faut un film de 1h30 (contre les 50 min habituelles) et une mini série de 10 épisodes pour tenter de couvrir tout ce qu’il y a à voir.

Mais J’irai dormir dans les carpates n’est pas un épisode spécial, ou alors très spécial : le réalisateur aux mille talents semble très fier de son scénario de fiction dont il dévoile quelques éléments au compte goutte. Durant un tournage dans les carpates, l’accident tant craint est arrivé, Antoine disparu seul dans la cambrousse transylvanienne, sans moyen de le joindre ou de le localiser. Seule trace : des rush de sa caméra, au contenu très troublant…

Après avoir interprếté un Ave Maria en sifflant dans ses mains, Antoine nous dévoile la raison de sa venue. Aucun producteur n’a voulu financer son projet, jugé trop risqué, alors il s’en est remis au public. Un campagne¹ sur la plateforme française de financement participatif KissKiss BankBank est actuellement en cours, déja a 60% de son objectif de 200 000 €. Comme toutes les campagnes de crowdfunding, le succès est conditionné par les partages évidemment mais aussi par les contreparties, dans ce cas plutôt inspirées : pour 5€ votre nom au générique, pour 15€ une carte postale des carpates, pour 50€ une légendaire chemise rouge dédicacée, et pour 1000€ et plus … venez dormir chez lui !

Journaliste, Réalisateur, Scénariste, Antoine de Maximy ne cesse de nous étonner

Après les dédicaces de son livre et le deuxième round de selfies, Antoine nous accorde un court entretien avant de décoller pour Toul, il nous parle de ses inspirations et de ses projets :

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search