Intrusion d’un agent du CROUS dans une chambre : « L’agent a présenté ses excuses à l’étudiante », Jean-Marc Lambert, Directeur du CROUS Lorraine

 In Actualité générale, Sur vos campus / Vie étudiante

Après l’intrusion d’un agent du CROUS dans une chambre étudiante, alors que l’étudiante dormait, le directeur du CROUS Lorraine, Jean-Marc Lambert, a réagi au micro de Radio Campus Lorraine hier.

Les faits se sont déroulés début mars, mais l’affaire n’est sorti que ce vendredi 26 mars. Une étudiante en médecine s’est réveillée avec un agent du CROUS au-dessus de son lit. L’incident a choqué l’étudiante qui avait failli vouloir porter plainte, mais s’était limitée à signaler l’incident au CROUS. Jean-Marc Lambert est venu réagir à cette mésaventure.

« Une situation anormale »

Surpris suite à cette affaire, le directeur du CROUS a également clamé sa désapprobation sur les méthodes employées par l’agent. Même si le CROUS effectue des milliers d’interventions, il en souligne le caractère rarissime de l’incident.

« S’il le faut, il y aura des sanctions »

Après avoir pris connaissance de l’affaire, Jean-Marc Lambert a annoncé qu’une commission d’enquête interne a été lancée pour prendre connaissance des faits exacts. A la suite de cette enquête, « [le CROUS] tirera toutes les conclusions, et prendra toutes les dispositions nécessaires ». Le directeur veut « savoir ce qu’il s’est passé ». Concernant l’agent, s’il y a une faute avérée, le CROUS et lui-même « prendront des sanctions » à l’encontre de l’agent. La commission rendra son rapport ce vendredi 3 mai.

Le Directeur du CROUS met en avant d’un protocole très strict, tout en explicitant clairement que « rien, absolument rien, n’est fait sans que l’étudiant ne soit au courant ». Un protocole expliqué étape par étape.

« J’ai été alerté du fait de l’article de presse »

De plus, au cas où des incidents pareils surviennent, Jean-Marc Lambert explique avoir été tenu au courant par les réunions « de bilans d’incidents et puis j’ai été alerté du fait de l’article de presse ». Avant de décrire en détail les étapes d’une prévention d’incident.

Un cas loin d’être isolé

D’autres étudiants ont vécu la même histoire. C’est le cas de Gauthier, étudiant à la résidence Batelière à Maxéville. Pourtant, pour lui, l’intrusion ne l’a pas perturbé, il n’a même pas signalé l’incident auprès du CROUS.

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search