Mobilisation des étudiants et blocus à Nancy

 In Actualité générale

Des AG et des blocages de campus ont eu lieu ce mardi 5 février partout en France contre la hausse des frais d’inscriptions des étudiants étrangers. L’équipe de Stud’actu était en direct à 12:00, aux facultés de sciences et de lettres de Nancy.

 

Quelles sont les revendications des étudiants?

 

Romane Mayer, présidente de l’UNEF Lorraine, était présente à midi à la faculté de lettres pour rappeler la réforme de la hausse des frais d’inscription des étudiants étrangers. « Cette réforme est une réforme raciste » selon Camille, étudiante organisatrice du rassemblement de la fac de lettres. Dahman Richter était également présent, selon lui, « en France, 41% des doctorants sont des étudiants étrangers, si la mesure passe ça aura un impact très négatif sur la recherche dans le pays ». Christian, représentant de la CGT, ajoute que « la moitié des labos de Nancy risquent de fermer car il n’y a plus d’enseignant et plus de subventions. On est en train de tuer l’université française. L’augmentation des frais d’inscription concernera tous le monde d’ici quelques années ».

Antonin, étudiant en sociologie de Metz : « C’est pas avec des AG qu’on va faire changer les choses, il faut descendre dans la rue. Aujourd’hui l’État et le patronat tremblent en voyant qu’on représente une masse organisée et solidaire. » Tous les étudiants sont d’accord pour dire que faire des petites AG ne sert à rien : il faut démarcher, revendiquer, descendre dans la rue et profiter du « bordel dans le pays » pour déranger.

 

Affiche de l’AG, traduite en plusieurs langues

 

Des blocus partout en France

 

La direction de l’université de Bordeaux Montaigne a annoncé sur twitter à 7 h 55 que l’établissement serait bloqué toute la journée. C’est une réponse suite à l’appel national à manifester ce jour à 13 h 30 avec un rendez-vous place de la République. La BU Élie Vinet est fermée ce mardi 5 février, mais la bibliothèque de Lettres et Sciences humaines est ouverte de 10 à 16 heures. Les enseignants et autres activités sont à l’arrêt en cette journée de mobilisation.

Le syndicat Solidaire Etudiant.e.s Grenoble a annoncé le blocage des entrées des campus ce matin. Il y aura dans l’après-midi convergence des luttes avec la présence des gilets jaunes et de la CGT.

L’UNEF Aix-Marseille est présente ce matin avec les syndicats professionnels pour tenir le piquet de grève à Saint-Charles.

A 7 h 00 ce matin, Sciences Po Toulouse a également annoncé être bloquée.

A Strasbourg, plus de 1500 personnes se sont rassemblées, le tram y était bloqué.

 

A quoi peut-on s’attendre?

 

Romane Mayer a noté au tableau les propositions des étudiants : convergence des luttes, micro-trottoir, vidéo sur les réseaux, banalisation des cours manqués à cause des AG. Une étudiante propose une plateforme apolitique pour renseigner les étudiants étrangers et leur donner la parole : elle est accusée de promouvoir un discours d’ultra droite par des étudiants qui n’envisagent pas d’agir sans leur casquette de syndicaliste .

« On fait plus chier un étudiant en augmentant les frais d’inscription qu’en bloquant une fac », indique un étudiant nancéien qui est applaudi. Le département de sociologie propose un blocage administratif à Metz et à Nancy.

Une prochaine AG est prévue le mercredi 13 février à 12 h 00 à la faculté de lettres. Les organisateurs attendent le double de personnes.

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search