Le Grand Bain : on plonge sans hésitation !

 In Non classé

L’équipe de Box O Film a eu l’occasion de voir en avant première le deuxième film de Gilles Lellouche. Rien qu’avec son casting de rêve, le film va faire parler de lui. Mais la plus grande star ne se trouve pas devant mais bien derrière la caméra, Lellouche prouve qu’en plus d’être un acteur brillant c’est un excellent auteur.

 

Dans son premier film Narco, l’acteur-réalisateur nous contais une histoire ultra référencée au rythme des somnolences de son personnage principal. Si ce premier film est bon il n’en reste pas moins dénué de défauts mineurs. Des points sur lequel il s’est attardé pendants près de 5 ans pour nous livrer un film d’une authenticité rare.

 

Le Grand Bain plonge le spectateur dans les eaux troubles de la dépression, la natation synchronisée n’étant qu’un prétexte pour en parler. Selon Gilles Lellouche il y a une grande force qui anime les personnes qui se retrouvent toutes les semaines pour aller faire un sport en amateur. De plus le contexte de la natation synchronisée permet, au contraire de beaucoup de sport en équipe comme le foot par exemple, de se sentir comme dans un cocon. L’eau représente l’avènement de la vie pour ces dépressifs. Cette eau salvatrice, ce cocon au sein de la piscine municipale leur donne un second souffle, une seconde vie après celle qu’ils pensent avoir raté.

Un scénario maitrisé du slip au vestiaire

La grande force du film c’est son scénario. Coécrit avec Julien Lambroschini et Ahmed Hamidi ancien scénariste des Guignols de l’Info. Gilles Lellouche donne vie à des personnages qui sont tous habités par un profond mal être. Un sentiment étrange dont Lellouche nous a décrit son ressentit :

 

Dans un film choral comme celui-ci, le plus difficile c’est de faire exister tous les personnages. Très souvent au cinéma dans ce genre de film on distingue des personnages qui sont plus importants que d’autres. Ce n’est pas le cas dans ce film, TOUS arrivent à exister, ce qui est une prouesse de scénario remarquable. Ils ne font plus qu’un, ils sont une équipe, le maltraité Philippe Katerine existe autant que Mathieu Amalric qui est le narrateur de l’histoire.

 

Au-delà de la création des personnages, l’écriture du scénario est exemplaire pour les dialogues. Le film mélange plusieurs styles de film, le drame, la comédie et le film sportif. Les dialogues viennent renforcer ce sentiment de cohésion au sein de l’équipe, ils se charrient, se racontent leurs problèmes et s’apprécient tout en étant d’une spontanéité et d’un naturel qui en ferais pâlir certain (oui Besson c’est toi que je regarde). Certains dialogues resteront dans les mémoires, notamment le monologue endiablé du supermarché de Marina Foïs, une puissance qui fera échos chez pas mal de spectateurs.

Je me mouille… C’EST GÉNIAL !

Mais… Tous ces éloges et j’ai à peine parler des acteurs ! Que dire si ce n’est qu’ils sont tous géniaux. Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Mathieu Amalric et Jean-Luc Anglade n’ont plus rien à prouver, mais ils se donnent à fond et offrent chacun des performances remarquables. Mention spéciale à Philippe Katerine qui joue à la perfection un loser tellement touchant qu’il en deviens magnifique. Si le film parle de natation synchronisée masculine, il n’oublie pas la gente féminine. Les personnages féminins sont forts et sont joués par d’excellentes actrices. Marina Foïs est si juste qu’un simple de ses regards nous permet de comprendre son personnage. Leïla Bekhti et Virginie Efira sont toutes les deux parfaites, pourtant leurs personnages sont loin d’être facile à interpréter.

 

Il y aurait tant de choses à dire sur ce film tellement je l’ai trouvé bon. C’est une œuvre qui laisse des traces, qui tout en traitant de la dépression offre une grande bouffée d’air frais. Je pense que « Le grand bain » qui sort le 24 octobre 2018 va faire parler de lui et va entrer facilement dans le top des meilleurs films Français de l’année. Quand il sortira je vous conseille de mettre vos plus beaux maillots pour aller piquer une tête dans l’eau chlorée de cette piscine, vous ne serez pas déçu du voyage !

 

Merci à notre partenaire UGC Ludres, qui nous a permis de participer à cette avant-première et d’interviewer Gilles Lellouche et Ahmed Hamidi.

 

BONUS : 6 mois d’entraînement pour les acteurs

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search