Metz accueille pour la première fois les conférences TEDx

 In Non classé

Par sa devise « 18 minutes pour changer le monde », 9 orateurs se sont relayés jeudi 27 avril 2017 à une conférence TEDx pour discuter de la citation du philosophe chinois Confucius : « On a deux vies, la deuxième commence quand on réalise qu’on en a qu’une ».

TED, pour «Technology Entertainment Design», est une fondation américaine à but non lucratif, initiée en 1984. Aujourd’hui mondialement connue pour ses conférences de sujets divers et variés dans un temps maximum de 18 minutes.

TEDx est un programme qui permet à des communautés ou collectivités autour du monde d’organiser leurs propres conférences indépendamment.

Le X prouve que la conférence est une initiative locale. Les 27 avril dernier, la conférence était organisée par des bénévoles de l’association étudiante IFAmily, huit stagiaires à l’Institut Français des Affaires de Metz, avec l’aide de Didier Chambaretaud, Consultant à l’IFA.

Qui étaient les ‘speakers’ de ce TEDx ?

  • Christophe Pérotin

« On sème des graines toute notre vie, et on ne sait pas ce que ça va donner »

Consultant indépendant en développement social et culturel, il ouvre la soirée. On découvre voyage au nord du Mali.

Le voyage humanitaire a eu lieu de 2005 à 2009. Christophe a dirigé un centre culturel afin d’enseigner l’utilisation des médias à la population locale. Il a participé à la mise en place de radios solaires sur un rayon de 40 km. C’est à ce moment, qu’il a fait la rencontre de Malik. Il a également rencontré Tamikrest, un groupe local et Pino, un musicien dans le groupe.

Au cours du voyage, des bandits ont arrêté et volé la voiture dans laquelle il se trouvait et il s’est retrouvé à 70 km de Kidal. Heureusement, il avait un téléphone satellite pour appeler les secours. Ce n’était pas la seule mésaventure qu’il a rencontré. il était encore au Mali lors du coup d’état à Bamako en 2012, et 2 ans de travail se sont retrouvés détruits lors des pillages. C’est alors qu’il a décidé de revenir en France.

Aujourd’hui, Malik est devenu directeur du centre culturel de Kidal. Tamikrest est connu internationalement après un partenariat avec le groupe Australo-Américain Dirtmusic. Pino était la tête d’affiche du film Timbuktu sorti en 2014 (récompensé de 7 Césars dont celui du meilleur film).

  • Kevin Schäfer

« Si je partais, qu’est-ce que je ferai ? »

Kevin, autoentrepreneur, a vu sa deuxième vie commencer à 24 ans. Tout a commencé après s’être retrouvé à la rue avec un enfant de 3 ans. Venant d’une famille dysfonctionnelle, et à l’époque, dépressif, il a consommé un cocktail de 600 médicaments.

C’est cette consommation qui l’a fait passer de simple dépressif à addict. Puis, il a trouvé un métier dans la Communication et Marketing dans le domaine de la musique. Il réussissait mais n’était pas épanoui. Il trouvait qu’il n’avait jamais le temps de faire autre chose que de travailler, pour lui la seule façon de contrôler son temps, c’était de prendre deux ou trois doses de somnifères.

Par manque d’épanouissement, il a tenté de se suicider. Après avoir constaté l’échec de sa tentative, dès qu’il commençait un nouveau projet, il l’arrêtait parce qu’il n’aimait pas sa vie. Il a donc décidé de partir travailler en Allemagne, et c’est à partir de ce moment qu’il s’est recommencé à aimer la vie. Et tout ça grâce à son « Bon Dieu », son fils.

  • Eric Brun-Sanglard

« Fermez les yeux pour mieux voir. »

Ancien directeur artistique dans la mode, Eric Brun-Sanglard, a vu sa vie changer à l’âge de 32 ans. Vivant à Los Angeles, il se retrouvait couramment dans des voyages entre New York, Los Angeles et Paris. C’est à ce moment qu’il perdit la vue progressivement et a été atteint de cytomégalovirus, une infection normalement inoffensive mais qui peut être grave pour les personnes immunodéprimées.

C’est alors qu’il a fait de nombreuses découvertes afin de pouvoir se déplacer dans l’espace. Il a découvert que chaque matériau a une chaleur différente, que les sons pouvaient servir à se situer dans une pièce. Il a appris à vivre avec les échos et la résonance des sols mais aussi grâce aux odeurs des différents matériaux.

Malgré son handicap, il a décidé de finir sa maison à Los Angeles. Ce handicap l’a fait passer d’un monde de vue à un monde d’énergies. Il a donc été voir un docteur spécialisé en médecine chinoise, car il se trouve que certaines herbes donnent de la force et d’autres non, et les couleurs ont le même effet sur lui. Malgré tout, il est devenu architecte d’intérieur car il se sentait bien chez lui tout comme ses visiteurs.

Il ne regrette pas du tout sa perte de vue, il a même eu sa propre émission télé aux Etats Unis sur la chaîne A&E : « Designing Blind »

  • Ines Corinto

« Etre heureux, c’est être en harmonie avec soi-même »

Ines a grandi avec une « amnésie du souffle et une armure ». A l’âge de 6 ans, ses paroles étaient remplies de bégaiements. Elle était suivie pendant 4 ans par une orthophoniste. Aujourd’hui, elle doit réaliser des exercices de respiration lorsqu’elle parle. Son armure, était en fait un corset orthopédique qu’elle portait 23 heures sur 24, à cause d’une scoliose à 42°.

Elle s’est tournée vers la création pour arrêter de penser à son amnésie et son armure ce qui lui a permis de découvrir qui elle était vraiment. Pour finir son talk à ce TEDx, elle a interprété une danse sur Be As You Are de Mike Posner.

Si vous voulez en savoir plus sur l’organisation de ce TEDx voici une petite interview des organisatrices. Merci à Juliette Sallé, Présidente de l’association IFAmily, Mareva Okitaudji, Vice-Présidente et Louison Legat, membre de l’association de m’avoir accordé du temps pour répondre à quelques questions.

Adrien Contu

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search