LA VICTOIRE D’UN BRESIL :

 In Non classé

 

L’élection récente de Jair Bolsonaro, au Brésil qui est la septième puissance économique mondiale, dimanche dernier avec 55% des voix contre 45% des voix pour Fernando Hadad, est sujette à polémique. Cet événement fait écho à la montée des extrêmes-droites dans nos démocraties occidentales, à l’élection de Trump aux USA. Il serait important de sortir du fracas médiatique afin de comprendre comment Jair Bolsonaro a pu gagner les élections présidentielles brésiliennes, quelles sont les spécificités culturelles et sociétales qui ont permis au nouveau président de bâtir un socle électoral suffisamment large pour être élu.

 

Bolsonaro, est un ancien capitaine de l’armée, de 1964 à 1985 sous la dictature des années 1964-1985. Il s’est lancé en politique en 1990, année où il a été élu député du parti démocrate-chrétien à Rio de Janeiro. Cet homme est notamment connu pour les nombreuses polémiques qu’il a engendrées envers les femmes, les homosexuels ou encore les politiciens de gauche.

 

Tout d’abord,  les électeurs du nouveau président se situent dans les régions du sud et et de l’ouest, où le revenu par habitant est le plus élevé et où la densité est la plus faible. Comme les Etats de Rondonia et du Mato Grosso ou encore dans les quatre états produisant 60 % du Pib qui sont Rio de Janeiro, Sao Paulo, Espirito Santo et Minais Gerais. Cette élection, révèle une fracture sociale et géographique inquiétante, puisqu’une grande partie des voix de Hadad provient du Nordeste, région dont le PIB par habitant est le plus faible, zone la moins dense et région où la population descendant d’esclaves africains est la plus forte.

 

La violence a été l’argument principal de Jair Bolsonaro en insistant sur les celles dans les favelas, principalement subies par les femmes. Cela a engrangé un sentiment d’insécurité omniprésent au sein de la population. En effet, selon L’ONG Forum brésilien de la sécurité publique, en 2015, le nombre d’homicide était de 58 383, soit 160 meurtres par jour dont un toutes les neuf minutes, plaçant ainsi le pays comme l’un des plus dangereux au monde, au même niveau que l’Afrique du Sud, le Venezuela ou encore la Colombie.

Cette violence a atteint un tel stade que d’un point de vue statistique, elle est comparable à celle de la Syrie. Selon les données de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, la guerre civile a fait entre 2011 et 2015 : 256 000 morts, c’est moins qu’au Brésil durant la même période, puisque qu’on dénombre 278 000 décès. Cette comparaison révèle que le problème de la violence est un fléau pour les brésiliens. D’autant plus, que ce sont les populations les plus pauvres qui sont le plus touchées par ces violences comme au Nordeste. Ces violences sont principalement le fruit des policiers et de l’armée, car en moyenne neuf personnes ont été tuées par jours avant les Jeux Olympiques de Rio sous les coups des forces armées. Cependant, il est important de rappeler que les violences contre les policiers existent aussi, en 2015, c’est 393 policiers qui ont été tués dont 103 durant leur service.

Pour lutter contre ces violences, le nouveau président a prévu d’intensifier la présence des militaires dans l’espace public, et légaliser le port d’arme et d’abaisser l’âge pénal de 18 ans à 17 ans.

 

L’Eglise évangélique constitue l’une des bases électorales du candidat du parti libéral (PSL) . Et pour cause, la Star des évangéliques, Silas Malafaia, pasteur, a soutenu très fortement le candidat durant toute la campagne, soutien loin d’être négligeable puisque l’Eglise compte environ 12 millions de fidèles et ne cesse de croître. Jair Bolsonaro l’a bien compris, et c’est pourquoi, sa campagne était en accord parfait avec le point de vue conservateur de cette Eglise, et donc anti -LGBTQ+, anti-avortement et raciste. Il suffit de prendre connaissance des propos qu’il a tenus lors d’une émission pour Playboy en 2011, vis-à-vis des homosexuels : « Je serais incapable d’aimer un fils homosexuel. Je préfèrerais que mon fils meure dans un accident plutôt que de le voir apparaître avec un moustachu. » Sa vision de laïcité plaît fortement à certains religieux et pour preuve, il avait déclaré en 2017 lors d’un meeting : « Dieu est au-dessus de tous. Cette histoire d’État laïc n’existe pas, non. L’État est chrétien et que celui qui n’est pas d’accord s’en aille. Les minorités doivent se plier aux majorités. » C’est avec cette vision rigoriste qu’il a pu conquérir les voix des évangéliques.

 

Silas Malafaia, pasteur de l’Assemblé de Dieu

 

 

Son leitmotiv durant toute la campagne électorale a été d’appeler à une guerre contre le communisme, et donc selon lui, contre le Parti des Travailleurs, qu’il accuse d’avoir « pourri » le pays pendant des années. Rhétorique dangereuse puisqu’avec celle-ci, Jair Bolsonaro installe une paranoïa de « la peur des rouges » et de surcroît dans un climat conflictuel entre pro-Bolsonaro et militants de gauche, comme le montre l’assassinat d’un élu du PT durant la campagne. Or le nouveau président dans son discours d’allocution n’a pas appelé au calme.

 

 

Ce sur quoi Jair Bolsonaro a aussi insisté, c’est sur la corruption qui gangrène le pays, on ne compte plus le nombre d’affaires de corruption, la plus emblématique d’entre elles, fut le scandale de Petrobras, plus gros scandale politico-médiatique du Brésil. Affaire qui a conduit à l’emprisonnement de l’ex-président Lula, pourtant très populaire. Selon les sondages, si Lula avait pu participer à l’élection il aurait battu Jair Bolsonaro.

 

 

Ce personnage si clivant, risquerait d’amplifier les divisions sociales et culturelles au Brésil. Ses propos envers les minorités, les opposants politiques, sont volontairement provocateurs. Si le nouveau président n’assume pas sa nouvelle stature en calmant le jeu, afin de gouverner un pays unifié, au vu de la situation actuelle, le risque d’une recrudescence des violences aurait des conséquences dramatiques.

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search