Élections au CROUS : les propositions des syndicats pour améliorer la vie étudiante

 In Actualité générale

Les trois syndicats étudiants se sont retrouvés au micro de Radio Campus Lorraine pour parler des élections au CROUS qui se déroulent jeudi 22 novembre en Lorraine. Axel Desaintmartin, président de Fédélor, Romane Mayer, présidente de l’UNEF et Thibaut Sannier pour l’UNI ont débattu de l’état des lieux de la condition étudiante en Lorraine. Bourses, logement, restauration, culture, retour sur les différentes propositions des syndicats étudiants. 

 

BOURSES : les avis divergent

 

L’UNEF reconnaît que les bourses ne sont pas assez élevées aujourd’hui. Les étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté, évalué à 1000 € en France. Aujourd’hui, les bourses du CROUS sont évaluées suivant le revenu des parents, un mode de calcul « infantilisant » selon le syndicat étudiant. Romane Mayer propose l’idée d’une « allocation d’autonomie universelle » destinée à tous les étudiants pour qu’ils puissent subvenir à leur besoins.

 

 

À l’échelle nationale, les bourses sont gérées par le CNOUS. Thibaut Sannier de l’UNI veut une refonte totale du système d’attribution des bourses. Il critique les échelons, qui accentuent les inégalités. Lorsque les parents gagnent un peu plus, l’étudiant perd un seuil de bourse. Il est donc moins aidé et les parents vont payer plus d’impôts. Il propose une bourse au mérite attribuée aux étudiants qui réussissent le mieux. Un système critiqué par l’UNEF, qui met en avant que les étudiants qui réussissent le mieux sont ceux qui ne travaillent pas et qui sont donc les plus aisés.

 

 

Fédélor veut également supprimer les échelons de bourses. Des étudiants boursiers sont obligés de payer les 90 €. Il veut mieux flécher les sommes perçues pour les redonner à l’Université et non à l’État. Une proposition de CVEC que veut supprimer les deux autres syndicats que sont l’UNI et l’UNEF.

 

 

LOGEMENT : plus de places en résidences universitaires et plus de suivi

 

Fédélor veut suivre la construction de résidences en cours, notamment à Brabois. Selon Axel Desaintmartin, le CROUS ne respecte pas la loi MOP sur les bâtiments publics. Une accusation qu’il pousse en montrant que les lois en vigueur n’ont également pas été respectées au Saulcy. Des cafards sont présents dans les cuisines. Fédélor veut que les bâtiments soient bien construits grâce aux étudiants architectes et du BTP sur la liste.  « Le CROUS ne doit pas aller au moins cher » selon Fédélor. Alors que les APL ont baissé de 5 €, les loyers du CROUS n’ont pas baissé. Un problème selon le syndicat.

 

 

L’UNEF constate qu’il y a peu d’étudiants hébergés en cités U. Le syndicat veut plus de logements universitaires, la rénovation de Monbois et du Saulcy. Les étudiants étrangers ont aussi peu de places dans les résidences universitaires. Un problème selon Romane Mayer.

 

 

L’UNI insiste sur l’importance du logement pour les étudiants. Il y a pas assez de résidences universitaires selon l’UNI. Le syndicat est aussi pour la rénovation des lieux. Mais il reste prudent. La construction de nouvelles cités U pourrait augmenter le prix des loyers, avec des subventions publiques. L’UNi est contre les baisse des APL.

 

 

RESTAURATION : tickets à points, food trucks, plus de qualité pour les étudiants

 

L’UNEF déplore l’absence de restos U, comme à Sarreguemines. Les campus délocalisés n’ont pas forcément de propositions de restauration. La facteria et la cafeteria à la fac de lettres pourraient être supprimées. Romane Mayer s’inquiète de la fermeture du resto U de Monbois. Fermeture prévue en 2020. Si rien n’est prévu avant, les étudiants pourraient se retrouver sans solutions. La proposition de food trucks parfois la seule offre sur un campus, n’est pas suffisante. Ces camions ne proposent pas un repas équilibré pour l’UNEF.

 

 

L’UNI insiste sur la bonne offre de restauration en Lorraine. Mais le prix est plus bas que le coût de revient pour le CROUS. Le syndicat veut trouver des solutions. Il propose un système de ticket restaurant universitaire. Concernant les tickets à points, l’UNI est critique. Si un étudiant mange moins de 10 points, il paiera le même prix. Le food truck au CROUS a ses limites. Par contre, la carte IZLY est une réussite pour le syndicat.

 

 

Fédélor critique la nouvelle offre du repas RU à points. Certains articles coûtent très chers. Un yaourt goût fruit vaut 2 points alors qu’un yaourt nature vaut 1 point. Le syndicat veut baisser le prix du point, qui pourrait passer de 50 centimes à 30 ou 40 centimes. Fédélor déplore aussi la politique du paiement CROUS qui veut supprimer le paiement par espèces qui reste la plus simple pour les étudiants. Une critique d’IZLY et de l’objectif du zéro cash au CROUS.

 

 

CULTURE ACTION, une bonne chose pour les syndicats

 

Le CROUS soutient les assos étudiantes via Culture Action. Le projet est une bonne chose pour l’UNEF. Le syndicat a d’ailleurs plusieurs projets en attente à l’intérieur de ce dispositif.

 

 

Un projet aussi positif pour l’UNI.

 

 

Fédélor soutient aussi Culture Action au CROUS.

 

 

Retrouvez le podcast complet de l’émission ici.

 

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact Us

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search