Le Grand’Est et la jeunesse #2 : « Développer une autre forme de culture entrepreneuriale »

 In Non classé

DOSSIER. Après la question de l’insertion professionnel, le Tour Régional de la Jeunesse s’est penché sur l’aspect de l’entrepreneuriat. Une autre façon de se lancer dans la vie active. C’est  le  deuxième point de ce dossier « Grand’Est et Jeunesse » : comment entreprendre dans la Région ?

Aider à entreprendre. C’est le mot d’ordre du deuxième défi présentait par la Région pendant son passage à Verdun, lundi 26 février. Un second point dédié à l’entrepreneuriat seul et décliné en 3 temps. Toujours présenté par Elsa Schalck, Catherine Baillot et Atissar Hibour, l’objectif est d’accompagner les jeunes qui le souhaite, à devenir entrepreneur. Egalement suivi par les témoignages des jeunes présents dans la salle, c’est un échange sur le sujet qui a eu lieu, sur le deuxième défi : « Une Région qui encourage et soutient l’entreprenariat« .

L’entreprenariat des jeunes

Entreprendre, ce n’est pas simple. A travers cette présentation, la Région veut montrer à la jeunesse qu’elle est là pour les aider. Le Grand’Est accompagne dans la création des projets à travers un dispositif. Ce dispositif est ouvert, dynamique, exigeant et porteur d’innovation. C’est ainsi qu’il a été défini. Il veut venir en aide, mais concrètement qu’est-ce qu’il apporte ? C’est la Vice-Présidente du Conseil Régional Jeunesse, Elsa Schalck, qui donne les éléments de réponses.

 

A l’intérieur de ce dispositif, une aide pouvant aller jusqu’à 5000 € est mise en place pour soutenir 50 entreprises. Les projets sont sélectionnés par un jury en fonction des critères comme « la solidité et caractère innovant du projet, compétences et caractère du porteur et pertinence du projet au regard du marché ».  La question se pose pour ceux qui ne perçoivent pas cette aide. Comment sont-ils accompagnés ?

 

Cultiver pour mieux entreprendre

Les entrepreneurs ne sont donc pas abandonné et reste suivi par le PEEL (Pôle Entrepreneuriat Etudiant en Lorraine). Il existe plusieurs moyens pour devenir entrepreneur. Dans le précédent chapitre sur l’insertion professionnel, il était question d’apprentissage et d’aide par la mission local. Et même si ce n’est pas forcément leur objectif premier, il existe des voies pour entreprendre à travers ces deux possibilités. Et c’est Atissar Hibour, Présidente Commission Lycées Apprentissage qui le démontre par expérience.

 

Mais aussi Benoit Palisson, directeur de la mission locale du Nord Meusien avec un travail sur ce thème.

 

Cependant, pour pouvoir prétendre à l’aide financière via les critères précédemment cités, une connaissance de l’entreprenariat et une connaissance des domaines seraient utiles pour les jeunes. La Région veut promouvoir les mini-entreprises. C’est Elsa Schalck qui présente ces mini-entreprises.

 

La culture de l’entreprenariat. C’est l’objectif du Grand’Est que de sensibiliser les jeunes à ce monde. L’association « Entreprendre pour Apprendre » (EPA) présent dans les collèges et lycées a pour but d’éduquer les élèves à ce milieu. Une association nationale, déclinée dans toutes les régions de France pour s’initier à l’esprit d’entreprendre. Le Grand’Est en a mis en place un Contrat d’Objectifs et de Moyens 2017-2020. Ce contrat veut promouvoir la culture de l’entreprenariat. Et à terme l’objectif a été fixé à ce que 160 mini-entreprises soient créées.

Entreprendre à l’internationale

A travers ces mini-entreprises, le but est que les jeunes veulent entreprendre. Pour ceux qui veulent intégrer le monde entrepreneurial, la Région s’est définie des objectifs pour l’année à venir. Parmi ceux qui sont dans ce domaine, 30 jeunes entrepreneurs du Grand’Est pourront s’ouvrir à l’entreprenariat international, notamment vers le Québec, au Canada. Une destination éloigné par qui n’a pas été décidée par hasard selon Catherine Baillot.

 

Une séjour pour découvrir une autre culture de l’entreprenariat, en complément de celle proposée par EPA. Pour autant, le Grand’Est veut que ces entrepreneurs restent développer leurs affaires dans la région. Ainsi, pour ne pas concentrer toutes les affaires dans un seul coin de la grande Région, celle-ci veut mettre en place un équilibre géographique. Comment faire entreprendre dans les milieux ruraux où il y a moins de moyens. Elsa Schalck donne la vision de la Région sur ce sujet.

 

Le logement, mais également le transport pour pouvoir accéder à ces zones. C’est toutes ces actions qui sont à mener pour pouvoir atteindre cet « équilibre géographique ».

Enfin, la Région n’oublie pas de vouloir valoriser ceux qui osent entreprendre avec l’émergence d’un « parcours du jeune entrepreneur« .

L’entrepreneuriat n’est pas laissé de côté par la Région et le prouve par ces objectifs à court thème. La volonté de laisser les jeunes entreprendre existe pour ceux d’aujourd’hui comme demain. Pour autant il ne faut pas oublier l’engagement et la citoyenneté, troisième défi de cette présentation.

Premier défi : l’insertion professionnel

Troisième défi : l’Engagement & Citoyenneté

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search