Thomas Fersen au NJP : « Je fais du spectacle vivant »

 In Découvertes musicales

Le jeudi 12 octobre Thomas Fersen jouait au Nancy Jazz Pulsations à la salle Poirel pour un concert à guichet fermé. L’occasion pour nous d’aller à la rencontre de cet artiste !

Thomas Fersen, c’est un chanteur qui a sans doute bercé votre enfance ou que vous avez appris en cours de musique au collège. Mais c’est surtout un poète des temps moderne qui joue avec la langue française comme certains peuvent jouer au ballon. Ayant été moi aussi bercée par ses textes et ses musiques, je souhaitais l’interviewer. C’est ce que m’a permis de faire le festival les Nancy Jazz Pulsations.

« Un esprit de liberté qui teinte mon travail »

Au 2ème étage de la Salle Poirel, nous sommes trois journalistes à attendre Thomas Fersen avec quelques bonbons et pour d’autres une certaine appréhension. Il arrive tout simplement, chapeau sur la tête et salue collectivement les personnes qui l’attendent. La salle d’interview est un grand salon rouge spacieux digne de la Salle Poirel. Quand vient mon tour, je présente rapidement Radio Campus Lorraine, met en route le micro. L’interview peut commencer !

Ce que je retiens de ces quelques instants partagés avec Thomas Fersen, c’est que c’est un poète des temps moderne qui joue avec les mots mais qui joue aussi dans sa création. Et le concert du soir allait confirmer cette première impression.

Un concert théâtral

En première partie, Mathieu Loigerot Quartet nous plonge dans les classiques jazz de Nat King Cole des années 60. Un concert qui fait du bien dans cette belle salle Poirel et au Nancy Jazz Pulsations. Les quatre musiciens sur scène sont impressionnants et jouent avec une facilité déconcertante. Le chanteur et contrebassiste, Mathieu Loigerot, assure les transitions entre chaque morceau avec humour et légèreté « avant les longs moments de blancs sur scène me gênaient, maintenant ça me fait plus rien » dit-il avant de laisser un long blanc le temps de s’hydrater ! Bref, un concert très surprenant et rafraîchissant en même temps !

Après une entracte, c’est au tour de Fersen d’entrer en scène. Dans un premier temps, je suis étonnée de voir Thomas Fersen avec un micro-joue (tel un chanteur qui danse pendant ses concert). Mais je me rappelle l’interview et le mot « liberté » qui lui tient tant à cœur. Il commence avec la classique chauve-souris qui aime un parapluie et enchaîne avec des titres de son nouvel album tantôt au ukulélé ou au piano accompagné du Quintette à cordes de son dernier album. Entre certains titres, il commence des monologues où il nous dépeint un personnage parfois très drôle parfois plus cynique mais avec ce même ton de poète. Fersen nous raconte une histoire. Il termine avec sa chanson Big Bang « la salle s’éteint, et je m’avance. On crie « à poil », un peut de patience : je fais d’abord une petite danse ». On aura donc eu la petite danse ! La chanson demande à la salle de se lever, ce que le public fait. Après deux rappels et des mains en feu, le concert se termine; et le public est comblé !

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search