[INTERVIEWS] Metz Mashup Film Festival 2017 : Réalisateurs, Organisateurs & Artistes

 In Sorties culturelles

Du 23 au 24 juin 2017 se tenait la première édition du Mashup Film Festival de Metz. Événement pré-existant à l’échelle nationale et plus particulièrement au sein du fief parisien, le projet chapeauté par Julien Lahmi s’est par la suite exporté dans plusieurs villes de France et du monde. Le mashup, pratique dont les finalités composites offre une liberté sans égale, a ainsi foulé le sol messin avec un impact notable : la peinture, le cinéma, les ateliers de création se sont entre-mêlés deux jours durant dans les locaux des Trinitaires. Le micro de Radio Campus Lorraine était bien évidemment présent.


Aurélie et Kévin : directrice et co-directeur du projet

Le Mashup Film Festival de Metz c’est avant tout l’initiative d’Aurelie Villaumé et de Kévin Brenière, respectivement directrice et co-directeur du festival, dont l’ambition s’est matérialisée après de longs mois de travail.

*

Aurélie Villaumé : [Avant le Mashup Film Festival de Metz – ndlr] on a créé plein de petits événements qui s’appelaient Back to the Mashup à la fac. Ça a énormément plu […] du coup on s’est dit pourquoi pas faire un festival […] Ça a été très compliqué [de financer ce festival – ndlr] parce que personne ne connaît le mashup […] mais on a su rebondir grâce à Kévin avec son visuel et sa communication, et montrer qu’on était aussi pro que certains autres festivals.

*

Kévin Brenière : [Pour préparer cet événement – ndlr] ça a commencé en octobre et gros travail intensif à partir de janvier […] c’est vraiment des semaines énormes, des week-ends passés à faire ça […] surtout qu’on était que deux à la base à partir de janvier, après on a eu des stagiaires qui sont venus nous aider, qu’on remercie d’ailleurs […] Je voulais prouver que les étudiants pouvaient faire un niveau professionnel […] et que le seul truc qui nous arrête c’est l’ambition.

*

L’interview intégrale :


Nicolas et Bruno : Parrains et Réalisateurs d’À la Recherche de l’Ultra-Sex

Bien qu’il s’agisse de la première édition, le Mashup Film Festival de Metz fait la part belle aux invités prestigieux. Déambulant dans les couloirs des Trinitaires, ayant marqués les esprits en ouverture de l’événement avec la projection de leur métrage À la Recherche de l’Ultra-Sex (dont la bande-annonce est juste ici), Nicolas Charlet et Bruno Lavaine prennent possession du micro de Radio Campus Lorraine !

*

Quelques extraits : On nous a proposé de faire quelque chose autour de […] l’une des mamelles de Canal +, qui est le cul. On a levé la main immédiatement […] On a regardé beaucoup de films de boules ensemble, on en a regardé 2500 en 5 mois, ce qui est énorme […] On en a isolé des séquences […] et on en a fait un film d’une heure qui raconte une histoire avec un début, une fin, des méchants, des gentils, des intrigues, des trahisons […] On est tombé sur des films totalement what the fuck avec des films dans des vaisseaux, des films sur des rollers, des films à l’âge de Cro-Magnon […] On a voulu rendre hommage à tout ce patrimoine qui est complètement hallucinant, libre, fou.

*

L’interview intégrale :


Julien, réalisateur et papa des Mashup Film Festival et Antonio, réalisateur d’Hell’s Club

Initialement réservé à la sphère parisienne, le Mashup Film Festival s’exporte un peu partout dans le monde grâce à Julien Lahmi, mashupeur de renom. C’est ainsi qu’il va faire la connaissance d’Antonio Maria Da Silva, réalisateur de l’impressionnant Hell’s Club, boîte de nuit fictive où les héros de la pop culture se rencontrent (oeuvre intégrale à voir ici). Petit débat en fin d’interview : la rémunération des mashupeurs entravée par un droit d’auteur encore trop rigide.

*

Julien Lahmi : La genèse [des Mashup Film Festival – ndlr] c’était le Mashup Film Festival qui existait au Forum des Images à Paris […] mais c’était très parisiano-parisien […] donc je me suis dit qu’on allait créer ça en étoile […] et on va trouver toutes les belles initiatives locales qui veulent bien se raccrocher à ce projet et faire des Mashup Film Festival dans différentes régions, différentes villes […] [Dans le mashup – ndlr] il y a quelque chose de réel […] c’est un des quatre langages révolutionnaires du cinéma d’aujourd’hui […] le mashup c’est vraiment un espace de création et sa force […] c’est d’être à la fois avant-gardiste dans le sens où on cherche de nouvelles façons de faire et à la fois […] c’est quelque chose qui peut se partager avec le plus grand nombre.

*

Antonio Maria Da Silva : Pour Hell’s Club au départ ça devait être un mashup mineur, donc ça devait durer à peu près 2 minutes, et la première idée c’était Star Wars qui rencontre la Fièvre du Samedi Soir […] et puis au fur et à mesure, j’ai commencé à voir un concept à créer réellement : créer une boîte fictive où peut se passer plein de choses, où plein de stars peuvent se rencontrer […] Le mashup, la définition la plus claire c’est la liberté, […] potentiellement n’importe est capable de créer un univers à lui, de chez lui, sans cette pression de faire bien, de ne pas faire trop violent.

*

L’interview intégrale :


Mashup Film Festival de Metz : des réalisateurs professionnels ainsi que des artistes étudiants

En marge de divers projections, de débat entre invités et d’ateliers de création, le Mashup Film Festival était également l’occasion d’accueillir des artistes étudiants en lien avec l’association Art Ist Here. Agrégat de personnalités et de styles, l’événement messin est un mashup à lui seul. Entretiens avec deux artistes présents.

*

Henry Delion

img_0056

En première année d’arts plastiques à l’Université de Lorraine, le travail d’Henry porte principalement sur le portrait et la façon dont les lumières viennent impacter les reliefs du visage. Grand admirateur de Lucian Freud, d’expressionnistes viennois tels que Egon Schiele ou encore d’artistes contemporains comme Lucio Fontana et Bill Viloa, le Mashup Film Festival de Metz fut l’occasion pour lui de réaliser trois œuvres : un portrait de Victor Hugo et de Rodin (respectivement à gauche et à droite sur la photo ci-dessus) et un autre de Poséïdon.

Un dernier mot à propos de l’événement ? : C’est intéressant cette idée de mashup, au final on ne créé jamais, tout ce qu’on fait c’est puiser à droite à gauche pour mélanger et donner quelque chose de nouveau. Vous pouvez retrouver son Instagram juste ici, bonne continuation à lui !

*

Aurélien Messmer

img_0015

Fraîchement diplôme d’une licence d’arts plastiques à Metz, Aurélien décrit son travail comme un don de soi : Je dessine parce que ça fait plaisir aux autres, et j’adore leur offrir ce plaisir […] Un seul travail peut me prendre des mois […] et pendant tout ce temps je pense en permanence à mes amis, à ma famille. Au final je les vois sourire, s’approcher tout près de mes compositions afin d’y déceler le moindre détail, et là je me dis que c’est gagné. Absorbé dès l’enfance par la BD et par des auteurs comme Gotlib ou encore Franquin, il s’oriente par le suite vers l’illustration, la composition de grandes surfaces remplies de détails à l’instar des travaux de Claude Ponti.

Quelques mots concernant le festival ? : C’est Laetitia Youlou, très bonne amie et directrice de l’association Art Ist Here à Metz qui m’a permis d’exposer mes projets de licence […] Son travail est absolument colossal […] Je ne la remercierais jamais assez de m’avoir donnée cette occasion. [Le festival – ndlr] a été très enrichissant […] J’ai pu faire de très belles rencontres, m’ouvrir à tous sur mon travail […] Je remercie encore Laetitia Youlou ainsi qu’Aurélie Villaumé et Kevin Bren de l’association Ellipse, qui ont organisé tout le festival et qui ont su gérer même dans les moments les plus difficiles. C’est ici pour voir son travail !

Merci à Coralie Zema pour les photos

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez-nous un message !

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search