Avant première de « Mon Ket » / Rencontre avec François Damiens

En grand habitué des caméra cachés à la télévision, François Damiens arrive avec « Mon Ket », son premier film en tant que réalisateur. L’équipe de Box O film à pu voir le film en avant première et le résultat est surprenant ! On sent vraiment que le belge s’amuse et prend du plaisir à jouer son personnage de Baraki et nous aussi !

Définition d’un Baraki

 

Le film conte l’histoire de Dany Versavel (François Damiens) qui, après s’être échappé de prison va retrouver son fils Sullivan (Mateo Salamone) pour l’élever à sa manière. Si le film est en caméra caché, donc dans une forme qui ressemble beaucoup à une suite de sketch, ça ne l’empêche pas d’avoir un fil rouge, celui d’un père voulant éduqué son fils selon les règles qu’il pense être les bonnes.

 

François Damiens aime Dany Versavel

 

De François l’embrouille à Dany Versavel que vaut « Mon Ket » ?

Le film est en caméra caché, mais là où le personnage de l’embrouille retenais ses « victimes » chez lui (par une barrière, dans un salon de tatouage…), Dany va pour la plupart du temps chez les piégés. C’est lui qui va voir le médecin, c’est lui qui va chez un banquier. La démarche est donc différente, les situations sont plus réalistes dans le sens où les piégés sont dans leurs environnement naturels et c’est Dany qui débarque chez eux, comme n’importe quel clients ou patients. Ce n’est pas lui qui est maitre de la situation, ce sont les piégés, ce qui amène de nouvelles façon de faire rire avec la caméra caché.

Au final le film nous amène quelque part entre la réalité et la fiction. Les situations sont rocambolesques mais les réactions tellement humaines que l’on en oubli parfois la caméra. C’est un film drôle et sans retenue, pour peux que l’on aime l’humour de François Damiens bien sûr.

François Damiens et la caméra caché

 

Un petit secret de tournage sur l’une des scènes les plus étranges du film

Recommended Posts

Leave a Comment