Les Chineurs mènent l’enquête aux Collège Louis Pergaud de Châtel-sur-Moselle

La récréation bat son plein en ce début d’après-midi ensoleillé, les Chineurs partent en brocante dans un milieu scolaire … Enfin un Chineur par tout seul, car Bob a laissé le jeune Alex, expérimenter le terrain. Au menu du jour ? Une principale adjointe engagée, une infirmière passionnée de médiation, et des élèves soucieuses de la vie sociale de leur collège, avec en dessert des musiques servies par les jeunes eux-mêmes.

Changement de situation, même question :

Loin de l’ambiance professionnelle de l’émission précédente, nous retournons en enfance. Certains collégiens terminent de manger pendant que d’autres gambadent déjà dans la cour de récréation. Autre atmosphère avec pourtant le même thème : LA MÉDIATION. Autant dire que ce vaste domaine prend une toute autre ampleur dans ce contexte éducatif.

Leur moteur c’est l’enthousiasme :

Nos cinq invités ont le même ressentie en parlant de leur choix, celui d’avoir envie. Vous allez découvrir une autre facette de la médiation, qui se révèle être plus qu’un métier, une vraie philosophie de vie. Les principes élémentaires de l’éducation civique prennent tout leur sens.

Si la théorie est une étape, la pratique est le chemin …                         

     dsc00570

Les collégiennes sont au nombre de trois, Anjuli, Angélika, Axelle. Elles regardent le zoom avec un peu d’appréhension. Ce qu’elles ignorent, c’est que le grand chineur qui leur fait face n’en mène pas large non plus, il n’est pas plus à l’aise. Un salut bien tonique, agrémenté de beaux sourires et les mots se font plus nettes, les rires aussi, ça détend.

Parler à des plus jeunes, c’est parler à ce que l’on a pu être ; parler à des plus anciens, c’est s’adresser à ce que l’on peux devenir.

Au collège Louis Pergaud, on s’organise, on forme, on sensibilise. Cet échange nous dévoile que la médiation par les pairs est un moyen efficace d’anticiper certains conflits qui, mis de côté,  pourraient déboucher sur des problèmes plus graves, mais aussi de rendre plus responsable les jeunes, aussi bien les médiateur.rice que les « médiés ». L’école est aussi l’un des premiers endroits où nous avons expérimenté la vie en groupe, les droits et les devoirs de chacune et de chacun. Bien qu’imparfait, les milieux scolaires manifestent visiblement le désire de se parfaire. Améliorer les rapports à l’école c’est améliorer la qualité de vie des élèves, ainsi les préparer à mieux gérer leur vie future, quelle soit professionnelle ou personnelle.

Victor Hugo disait: « L’éducation, c’est la famille qui la donne ; l’instruction, c’est l’Etat qui la doit.« 

Cette initiative donne un bel exemple de médiation.

Bonne écoute.

Recent Posts

Leave a Comment