Metz : Une étudiante saute d’un bâtiment du CROUS au Campus Saulcy

Bâtiment 4 Saulcy
Ce lundi 6 novembre, une étudiante de 22ans a sauté du quatrième étage d’un bâtiment du CROUS à Metz. Les secours ont pris en charge la jeune femme qui était encore consciente et l’ont emmenée à l’hôpital Mercy. Le CROUS est attristé par l’incident.

La scène a choqué. Lundi 6 novembre à 10h30 sur l’île du Saulcy à Metz, une étudiante de 22 ans s’est défenestrée du quatrième étage du bâtiment P4 de la résidence CROUS du Saulcy. Consciente au moment où les secours sont arrivés, elle a été transportée en urgence à l’hôpital Mercy de Metz. Son état a été jugé d’alarmant.
L’étudiante en Master 2 DEA de droit n’avait pas engagé de demande de soutien auprès du service du CROUS Lorraine. L’ambiance dans le bâtiment est également bienveillante, dans l’entraide et la bonne humeur.

Le CROUS dans l’attente

Jean-François Tritz, directeur de la communication au CROUS Lorraine, rappelle à la suite de cette événement que des cellules d’aides psychologiques sont à disposition. Le CROUS est dans l’attente par rapport aux résultats de l’enquête. Un périmètre de sécurité a été mis en place autour du bâtiment. Selon nos informations, les lieux sont libres depuis 16h minimum.

Pour Jean-François Tritz « le CROUS Lorraine met en place depuis des années, des animations et essaie de renforcer le lien social entre les étudiants et l’administration. » Pour l’instant, il est trop tôt pour anticiper de quelconques mesures. Mais le CROUS mettra en place les dispositifs nécessaires avec les résultats.

« Ce n’est pas l’acte malheureux d’aujourd’hui de cette jeune fille qui va mettre en place l’aide psychologique de façon plus formelle »

Ce n’est pas le premier incident de ce genre au CROUS. Il y avait déjà eu un suicide du côté de Monbois à Nancy, en janvier 2016. Pourtant malgré ces évènements tragiques, l’enquête de police ne partage que les résultats avec le Crous. Tous les éléments de l’enquête ne leur sont pas accessibles. De ce fait, ils n’arrivent pas à cibler les raisons et à adapter les cellules d’aides pour les améliorer.
Autour de l’évènement d’aujourd’hui, Jean-François Tritz et le CROUS Lorraine vont mener une campagne d’affichage cette semaine sur les différents campus lorrains.

Des cellules et des aides permanentes

L’aide psychologique existe et est à disposition des étudiants dans le besoin tout au long de l’année. C’est le message que veut faire passer Jean-François Tritz à tous les étudiants. Cette aide, après ce tragique événement, est disponible sur deux sites : le service de psychiatrie d’urgences et de liaisons de Metz qui se situe rue Paul Verlaine (disponible par téléphone au 03 87 55 31 11) ou prendre contact avec le bureau d’aide psychologique des étudiants dans le bâtiment Simone Veil sur l’île du Saulcy (également par téléphone au 03 87 21 04 70).

Recommended Posts

Leave a Comment